Le Sepak takraw

Très populaire en Asie du Sud-est, ce sport est né en Malaisie aux alentours du XVe siècle selon les premiers récits écrits, plus tot selon certains. C’est une sorte de foot-volley avec une balle en bambou tréssé ou en rotin. La balle doit avoir une circonférence de 40 à 43 cm et un poids de 360 à 400g. Le terrain mesure 13,4m par 6,1m (comme pour un terrain de badmington), il est séparé par un filet haut de 1.5m.
Il se joue avec 2 équipe de 3 joueurs qui doivent éviter que la balle ne tombe par terre. Les équipiers peuvent se faire des passes mais pas plus de 3, sinon le point va à l’adversaire, un match se joue en 2 sets gagnants, la 1ere équipe à 21 points remporte le set.
Il y a meme une association de sepak takraw en France: http://www.takrawfrance.com/

L’Issan

L’Issan (qui s’écrit aussi isaan,isan ou esarn) est la plus grande région de Thailande, située dans le nors-est du pays, sur le plateau de Korat. C’est une région immense, c’est également la plus pauvre, la moins touristique, en contrepartie, elle offre des charmes differents, c’est surement la region la plus authentique, la plus rurale, la plus accueillante grace à l’hospitalité de ses habitants. L’Issan possède également sa propre langue: le thai-issan parlé par 15 millions de personnes, sa propre gastronomie, sa propre culture. La pauvreté de la region pousse la plupart des jeunes d’issan à aller travailler à Bangkok notamment, dans des quartiers et villes péripheriques entières, peupleés à majorité d’issan qui forment la main d’oeuvre principale des usines de la région de Bangkok. Ils sont parfois victimes de discrimination, de par leur région d’origine et la couleur plus mate de leur peau. Les issans sont très fiers de leur région et de leur culture, qui est assez proche de celle du Laos voisin, la majorité de la population est d’origine laotienne mais depuis 1935, date de l’entrée de l’issan dans le royaume, l’inteération est entiere.

La région est principalement agricole, la culture du riz représentant la majeure partie de l’agriculture locale, les autres cultures incluent notamment la canne à sucre, le coton, l’hevea. La production de soie est aussi très importante dans la région.

La culture issanaise a plus en commun avec le Laos qu’avec la Thailande. Au niveau culinaire, la différence notable avec le reste du pays est l’utilisation de riz gluant au lieu du riz traditionnel, les plats sont aussi plus pimentés. Les spécialités régionales sont le som tam (salade de papaye verte, tres epicée), le laab (salade de viande, poulet, porc ou boeuf), et les viandes et poissons grillés. Parmi les plats plus  »originaux » de la région, on trouve des insectes, lézards dans les marchés de campagne.

Le vetement traditionnel qui est de moins en moins porté, est le sarong pour les femmes, il y a aussi un modele de ce vetement pour les hommes, qui les portent avec un pakama, piece de tissu à tout faire surtout utilisé comme ceinture.

La musique traditionnelle d’Issan est le Morlam, ce type de musique a dépassé les frontières de l’issan et est joué dans toute la Thailande.

le Mékong

le Mékong ou Mae Nam Kong (mère de tous les fleuves) est le 4ème fleuve d’Asie par le débit, le 10ème du monde, il prend sa source dans l’Himalaya et serpente sur 4500km à travers l’Asie du sud-est, en Chine, au Laos, au Myanmar, en Thailande puis se jete dans l’océan au Vietnam en formant un delta de 9 bras, d’où son surnom, le fleuve des 9 dragons.

Le fleuve abrite plusieurs especes typiques comme le poisson chat géant (plaa beuk). C’est le plus gros poisson d’eau douce du monde. Il mesure entre 2 et 3 mètres de long et peut peser jusqu’à 300 kilos. Sa durée de vie varie entre 6 et 12 ans. Sa population a diminué de 80% au cours des 15 dernières années et des dauphins d’eau douce (dauphins de l’Irrawaddy) il ne reste que 75 spécimens de ces mammifères au Cambodge et au Laos. La pollution du fleuve serait responsable de la disparition de cette espèce.

Le Mékong marque la frontière entre la Thailande et le Laos depuis le traité de Bangkok du 30 octobre 1893 signé par la France et la Thailande, le pont de l’amitié, enjambe le fleuve à quelques kms de la capitale Laotienne, Vientiane, c’est un passage bien connu entre les 2 pays, au pied de ce pont se trouvent plusieurs restaurant avec vue sur le fleuve, lors de la saison seche, de nombreux bancs de sable sont découverts par la baisse du niveau du Mékong, et on peut pique-niquer sur ses rives, c’est aussi un endroit très prisé lors du festival de Songkran.

Il est possible de louer un bateau pour faire une promenade sur le Mékong, le fleuve est navigable, à la saison sèche des petites iles et des rochers affleurent et peuvent etre dangereux. Le couché de soleil sur le mékong à Vientiane mérite vraiment le coup d’oeil.
Le niveau du fleuve et sa faune sont menacés par des barrages hydro-électriques principalement construits par la Chine et la Thailande (construction de plus de 30 barrages sur le Mékong), menacant aussi les 70 millions de personnes qui vivent grace au fleuve, peche et agriculture ainsi que la biodiversité exceptionnelle du bassin du Mékong qui serait la 2eme plus importante au monde derrière le bassin amazonien.

Le Chao Praya

Le Chao Praya ou Mae Nam Chao Phraya est l’un des fleuves les plus importants de Thailande.
D’un point de vue géographique tout d’abord, puisque c’est le seul fleuve qui prend sa source, s’écoule sur près de 400km vers le sud et se jete dans la mer, tout cela sur le territoire thailandais, son bassin représente 1/3 de la superficie du pays. Il est formé par la confluence des 2 rivières Nan et Ping qui elles-meme prennent leur source dans le nord ouest de la Thailande, il possède aussi de nombreux affluents mineurs. Le fleuve se jete dans le golf de Thailande à 35 km de Bangkok formant de nombreux bras reliés entre eux par des klongs (canaux).

Son role historique:
3 des 4 capitales (anciennes et l’actuelle) se trouvent sur les rives du Chao Praya: Ayutthaya, Thonburi et bien sur Bangkok. La dernière capitale, Sukhothai, étant située dans le bassin des affluents du fleuve. Il est depuis longtemps et aujourd’hui encore une artère fluviale très importante pour le commerce et pour le transport, on peut encore voir s’en apercevoir avec les divers bateaux taxis de Bangkok, et les typiques bateaux longue-queue.

Son bassin est également d’une importance considérable sur le plan agricole, il constitue la zone la plus fertile du pays.

Le royaume de Thonburi: 1768-1782

Après la chute du royaume d’Ayutthaya en 1767, le général Thaksin parvient à réunifier le Siam et établit la capitale de son royaume à Thonburi, dans la banlieue actuelle de Bangkok. Il est aujourd’hui encore très respecté, pour sa résistance contre les armées birmanes et la réunification du royaume siamois. Il se fait proclamer roi le 28 décembre 1767 et prend le nom de Boromraja IV. Dans les dernieres années de sa vie, le roi Taksin est déclaré fou, fanatique religieux, il est déchu, emprisonné et exécuté en 1782.
Le général Chakri lui succèdera en prenant le nom de Rama Ier fondant la dynastie des Chakri qui règne encore à ce jour. Le nouveau roi déplace alors sa capitale à Bangkok marquant la fin de la période de Thonburi, une période courte mais importante, marquant la réunification de la nation.

Le royaume d’Ayutthaya (1350-1767)

Le royaume d’Ayutthaya a été fondé en 1350 par le roi Ramathibodi Ier, ce fut une période prospère pour le commerce notamment avec les pays occidentaux avec lesquels les échanges tant diplomatiques que commerciaux se sont grandement développés. Le royaume, appelé Siam, n’eu de cesse de s’agrandir au détriment des khmers et a meme intégré Sukhothai, l’ancienne capitale, à son territoire. Ce n’était toutefois pas un état unifié mais plutot un ensemble de provinces sous la domination royale, et les conflits internes comme internationaux étaient quasi-permanents.

Les rois de cette période étaient des monarques absolus et représentants religieux, le coté paternaliste de l’époque de Sukhothai a disparu. Les faits marquants de cette période sont l’instauration du bouddhisme theravada comme religion d’état officielle, et du Dharmaśāstra et de la coutume thaie comme bases de la législation jusqu’au XIXe siècle.

Dans les années 1750, les birmans lancèrent plusieurs attaques successives et ils ont entièrement détruit la ville d’Ayutthaya en 1767.

Le royaume de Sukhothai

Le royaume de Sukhothai est considéré par nombre d’historiens comme la base de la Thailande actuelle, l’avenement d’un royaume thai dans la région pour la 1ere fois est un évenement fondateur du pays. Il n’aura duré que 200 ans, de 1238 à 1438 mais nombre de faits importants, principalement sous le regne du roi Ramkhamhaeng (dit Rama le Fort ou le Grand) ont constuit les bases de l’Etat thailandais actuel: l’apparition de l’alphabet thai (qui a connu quelques modifications par la suite), l’introduction et le développement du bouddhisme theravada, une monarchie patrocratique (le roi est considéré comme le père de ses sujets). Il fallut attendre jusqu’en 1833, la découverte de la stele de Ramkhamhaeng, qui contient nombres d’éléments historiques sur cette époque, par le roi Mongkut (Rama IV) pour que ce pan de l’histoire thailandaise retrouve la place qu’il mérite: la base de la nation actuelle. Les ruines de la capitale du royaume de Sukhothai se situent à 12 km de la ville actuelle de Sukhothai, elles sont inscrites au patrimoine mondial du l’humanité.

Hymne national thailandais: Phleng Chat Thaï

Le Phleng Chat Thai a été composé par Peter Feit apres le coup d’Etat de 1932 mais ce n’est qu’en 1939 que les paroles actuelles font leur apparition, écrites par Luang Saranuprapan, apres le changement de nom du royaume de Siam qui s’appelera désormais Thailande.
La sonorité militaire de l’hymne national thailandais n’est pas sans rappeler la marseillaise.

L’hymne national thai est un symbole de l’unité de la nation au meme titre que la famille royale, le drapeau … Il est donc tres respecté, il convient de se lever lorsque vous l’entendez en public, il est joué dans de nombreux endroits publics a 8 heures et a 18h.

Traduction de l’hymne national thailandais:
La Thaïlande est faite de la chair et du sang de ses citoyens
Le sol de la mère patrie appartient à ses enfants
Et demeure leur soutient permanent sans exception
Tous les Thaïs sont résolus à rester unis
Ils aiment la paix, mais n’ont pas peur de combattre
Ils ne laisseront jamais personne les soumettre
Ils sacrifieront chaque goutte de leur sang pour la Nation
Et garantir au pays une éclatante victoire

paroles originales:
ประเทศไทยรวมเลือดเนื้อชาติเชื้อไทย prà-thêt thai ruam lûeat-núea chât chúea thai,
เป็นประชารัฐ ไผทของไทยทุกส่วน pen prà-cha rát, phà-thai khŏng thai thúk sùan,
อยู่ดำรงคงไว้ได้ทั้งมวล yù dam-rong khong wái dâi tháng muan,
ด้วยไทยล้วนหมาย รักสามัคคี dûay thai lúan măi, rák să-mák-khi,
ไทยนี้รักสงบ แต่ถึงรบไม่ขลาด thai ní rák sà-ngòp, tàe thŭeng róp mâi-khlàt,
เอกราชจะไม่ให้ใครข่มขี่ èk-kà-rât chà mâi hâi khrai khòm khì,
สละเลือดทุกหยาดเป็นชาติพลี sà-là lûeat thúk yàt pen chât phli,
เถลิงประเทศชาติไทยทวี มีชัย ชโย thà-loeng prà-thêt chât thai thá-wi mi chai chá-yo.

Le drapeau de la thailande: le Thong Trairong

Le drapeau de la Thaïlande est compose de trois bandes de couleurs horizontales : le rouge, représentant la lutte patriotique, le blanc, représentant le bouddhisme et la pureté et enfin le bleu, couleur du roi: les 3 pilliers de la nation thaie. Le drapeau thai a ete adopté dans sa version actuelle en 1917.
 

Historique des drapeaux de la Thailande:

Le 1er drapeau etait probablement entierement rouge utilise au XVIIe-XVIIIeme siecle
 

Il a ensuite ete modifie en 1855, en ajoutant un elephant blanc sur le fond rouge, l’elephant blanc symbolisant alors la dynastie Chakri
 

En 1916, il fut modifie, prenant presque sa forme actuelle, hormis la bande centrale de couleur rouge
 

Il a ensuite pris sa forme actuelle en 1917